PARTAGEZ Post

Communiqués

Royal LePage : Le marché printanier de l’habitation devrait observer une croissance continue des prix après avoir enregistré une hausse à deux chiffres au quatrième trimestre

Faits saillants pour le quatrième trimestre :

Le prix de l’agrégat des propriétés à l’échelle nationale a augmenté de 17,1 % d’une année sur l’autre au dernier trimestre de 2021
Des 62 régions examinées, 87 % ont connu une croissance à deux chiffres des prix de l’agrégat au quatrième trimestre comparativement à la même période de l’année précédente
61 % des 62 marchés analysés dans l’étude ont observé une augmentation trimestrielle des prix de l’agrégat de 3 % ou plus
La région de Kingston en Ontario a affiché la plus forte hausse du prix de l’agrégat et du prix des maisons unifamiliales au Canada comparativement à la même période l’année précédente (38,1 % et 44,3 %, respectivement)
La forte demande qui dépasse l’inventaire en ce début d’année 2022 est annonciatrice de nouvelles hausses des prix des logements sur le marché printanier

TORONTO, le 14 janv. 2022 // – D’après l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée aujourd’hui, le prix de l’agrégat1 d’une propriété au Canada a connu une hausse de 17,1 % par rapport à la même période l’année précédente pour atteindre 779 000 $ au quatrième trimestre de 2021. Le marché immobilier canadien a connu une autre année de prix records, la forte demande continuant de dépasser l’offre dans presque tous les marchés d’un océan à l’autre. 

« Comme un mauvais rêve qui dérange votre sommeil pendant des mois, nous sommes entrés dans l’année 2022 avec une nouvelle ronde de restrictions pandémiques conçues pour combattre une nouvelle vague d’infections. Consignés à rester loin du lieu de travail et incapables de voyager même localement pour du divertissement, des milliers de Canadiens ont réorienté leurs économies croissantes dans l’amélioration de leurs conditions de vie, tandis que la maison a remplacé le bureau, le restaurant et la salle de classe », a dit Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage. « L’hiver a été très occupé jusqu’à maintenant sur le marché immobilier et un printemps très dynamique nous attend. »

La Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage est compilée à partir de données exclusives sur les propriétés, sur le plan national et sur 62 des plus grands marchés immobiliers du pays. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 21,1 % d’une année sur l’autre pour grimper à 811 900 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 15,8 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 553 800 $. Les données relatives aux prix, qui comprennent à la fois celles des propriétés du marché de la revente et celles des nouvelles constructions, sont fournies par la filiale de Royal LePage, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, une société d’évaluation immobilière canadienne de premier plan.

Inventaire

Quatre-vingt-sept pour cent des marchés analysés dans l’étude ont affiché des augmentations du prix de l’agrégat à deux chiffres d’une année sur l’autre, tandis que 61 % des marchés ont connu une hausse de prix trimestrielle de 3,0 % ou plus, ce qui rétrospectivement n’est pas typique du marché immobilier canadien au quatrième trimestre.

« La pénurie de propriétés sur le marché de la revente ou de la location constitue l’un des principaux défis socio-économiques de notre époque », a fait remarquer M. Soper. « Les décideurs politiques de tous les paliers de gouvernement se confortent possiblement en voyant les modestes améliorations d’inventaire de propriétés par rapport à la demande en 2022, mais nous prévoyons que la croissance des prix des maisons se situera une fois de plus cette année dans des taux à deux chiffres. »

Au Canada, la pénurie de logements existait avant la pandémie et, compte tenu de la formation de nouveaux ménages et de l’immigration de nouveaux Canadiens qui contribuera à la demande, l’abordabilité risque de s’éroder de nouveau.

« Partout, dans nos plus grands centres urbains comme dans les petites villes et banlieues du pays, les nouvelles propriétés ne sont pas construites assez rapidement pour satisfaire à la demande croissante », a dit M. Soper. « En plus des procédures réglementaires lentes et dispendieuses qui ajoutent un fardeau aux constructeurs, les mises en chantier ont été freinées par les défis de la pandémie, tels que les pénuries de main d’oeuvre et la croissance des coûts des matériaux, tandis que les fournisseurs sont aux prises avec les enjeux de la chaîne d’approvisionnement. Certains constructeurs sont donc hésitants à s’engager dans de nouveaux projets. »

Taux d’intérêt

Le taux d’inflation au Canada a atteint son plus haut niveau en 18 ans à la fin de 20212, en raison de la hausse des coûts des biens de consommation, y compris l’essence et les aliments, et des retards importants dans les chaînes d’approvisionnement. La Banque du Canada devrait commencer à augmenter progressivement son taux de financement à un jour plus tard cette année, ce qui entraînerait une hausse des taux hypothécaires.

« De nombreux observateurs immobiliers s’attendent à ce que la hausse inévitable des coûts d’emprunt mette fin abruptement au marché de vendeurs actuel, lequel se caractérise par l’augmentation des valeurs des propriétés », a dit M. Soper. « Depuis le deuxième trimestre de 2020, nous vivons le premier cycle immobilier expansionniste depuis l’introduction du test de résistance hypothécaire du gouvernement fédéral. Les acheteurs ont dû se qualifier pour un prêt à un taux bien plus élevé que ce qu’ils paieront en réalité, créant une zone tampon suffisamment importante avant qu’ils n’atteignent leur capacité à gérer des paiements plus importants. »

Bien que des hausses de taux d’intérêt ralentissent en principe l’appréciation des prix des maisons, ces coûts d’emprunt plus élevés suivront des creux historiques. Ces hausses pourraient ne pas compenser suffisamment la forte pression à la hausse sur les prix des maisons exercée par crise de la pénurie de l’offre de propriétés au Canada. 

Politiques fédérales

Royal LePage soutient les politiques qui favorisent la transparence dans les transactions immobilières et qui donnent la priorité aux intérêts des consommateurs. L’une des modifications proposées par le gouvernement fédéral consiste à mettre fin à la négociation par offres à l’aveugle dans les transactions immobilières. Bien que cela devrait améliorer la transparence, on ne s’attend pas à ce que cela améliore l’accessibilité. En outre, un impôt d’un pour cent sur les biens immobiliers vacants appartenant à des étrangers, qui est entré en vigueur le 1er janvier dernier, ne devrait pas augmenter de façon importante l’offre de logements. La pénurie d’inventaire demeure le principal facteur responsable de l’érosion de l’accessibilité.

« Les politiques qui tentent d’étouffer artificiellement la demande face à la croissance de la formation des ménages ne sont qu’une distraction de la crise de pénurie d’inventaire qui sévit sur le marché de l’habitation du Canada », a conclu M. Soper.

Immigration

Tel qu’indiqué dans des communiqués antérieurs, l’immigration demeure l’un des principaux moteurs de la demande des acheteurs de propriétés. D’après l’Étude sur les nouveaux arrivants de Royal LePage, la durée moyenne avant que les nouveaux arrivants n’achètent une maison est de trois ans après leur arrivée et, à l’échelle nationale, 64 % d’entre eux louent leur première habitation, ce qui alimente une importante demande locative dans les grands centres urbains3.

En décembre, Royal LePage a publié ses prévisions pour l’année 2022 selon lesquelles le prix de l’agrégat des propriétés à l’échelle nationale devrait augmenter de 10,5 % d’une année sur l’autre.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

SURVOL PAR RÉGION

Région du Grand Montréal

L’agrégat du prix d’une propriété dans la région a augmenté de 19,7 % d’une année sur l’autre, pour atteindre 532 600 $ au cours du quatrième trimestre de 2021. Le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a quant à lui grimpé de 20,0 % pour atteindre 595 500 $, tandis que celui d’un appartement en copropriété a affiché une hausse de 18,2 % pour atteindre 428 900 $ lors du quatrième trimestre de 2021. L’appréciation des prix observée sur le marché de la copropriété ce trimestre coïncide avec le fait que l’inventaire de propriétés unifamiliales dans la région a continué de diminuer, poussant certains acheteurs à se tourner vers la copropriété. Le marché de la copropriété a également observé la croissance des prix la plus rapide de tous les segments de propriétés au quatrième trimestre de 2021.

« Le marché immobilier s’est comporté exactement comme nous l’avions envisagé, observant une forte hausse des prix en première moitié d’année, suivie d’un léger relâchement en fin d’année », affirme Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage au Québec. « La demande immobilière s’est légèrement affaiblie au rythme du progrès de la vaccination et de la diminution des mesures sanitaires au cours du dernier semestre de l’année. Toutefois, l’appréciation des prix entre le quatrième trimestre 2021 et la même période en 2020 dans la région du Grand Montréal s’est montrée encore vigoureuse. Cela dit, bien que nous rapportions une hausse importante du prix médian d’une année sur l’autre ce trimestre, le plus fort de la croissance des prix s’est produit lors des six premiers mois de 2021 », nuance-t-il.

Dans Montréal Centre, le prix de l’agrégat d’une propriété a augmenté de 10,7 % d’une année sur l’autre, pour atteindre 669 500 $ au quatrième trimestre de 2021. Pendant la même période, le prix médian d’une maison unifamiliale détachée s’est accru de 15,3 % pour atteindre 1 101 500 $, tandis que le prix médian d’un appartement en copropriété a augmenté de 6,2 % pour atteindre 509 900 $.

« La cadence d’appréciation des prix des propriétés que nous connaissons depuis le début de la pandémie est intimement liée au fait que les besoins en matière de logement ont changé chez les consommateurs. La maison est devenue le lieu de toutes les activités personnelles et professionnelles, et alors que nous pensions pouvoir retourner vaquer à nos activités habituelles aux vues de l’amélioration de la santé publique, voilà que le télétravail est redevenu obligatoire, et les options de divertissement, plus rares. Avec le resserrement des mesures sanitaires annoncées à la fin du mois de décembre, la demande immobilière n’est pas près de diminuer et nous nous attendons à un premier trimestre très dynamique dans la région », ajoute M. St-Pierre.

M. St-Pierre fait remarquer que le mois de janvier est connu pour afficher la plus grande quantité de propriétés à vendre, mais que dans le contexte actuel, ce regain d’inventaire sera absorbé très rapidement.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat d’une propriété dans la région du Grand Montréal devrait augmenter de 8,0 % d’ici la fin du quatrième trimestre de 2022 comparativement à la même période en 2021.

Région du Grand Toronto

Le prix de l’agrégat des propriétés de la région du Grand Toronto a enregistré une hausse de 17,3 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 1 119 800 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 22,4 % d’une année sur l’autre pour grimper à 1 421 200 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 14,8 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 665 400 $.

« Si le quatrième trimestre de 2021 est un indice de ce à quoi l’on peut s’attendre pour le marché de l’habitation de la région du Grand Toronto au cours des prochains mois, les acheteurs peuvent s’attendre à une concurrence féroce tout au long du printemps, alors que la demande continue de dépasser l’offre dans l’ensemble de la région et dans tous les segments du marché, a déclaré Karen Yolevski, directrice de l’exploitation, Services immobiliers Royal LePage ltée. Cette concurrence continuera d’exercer une pression à la hausse sur les prix, ce qui incitera certains acheteurs à augmenter leurs budgets, à élargir les paramètres de leur recherche géographique ou à envisager un type de logement différent ».

Le prix de l’agrégat dans la ville de Toronto a augmenté de 8,1 % par rapport à la même période l’année précédente pour s’établir à 1 138 000 $ au quatrième trimestre de 2021. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a grimpé de 12,5 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 1 518 500 $, tandis que celui d’une copropriété augmentait de 13,8 % pour se fixer à 711 200 $.

« Tandis que l’accessibilité continue de diminuer dans le centre-ville et dans la grande région, la demande pour les copropriétés augmente. De nombreux acheteurs d’une première propriété, ainsi que ceux qui ont été exclus du segment des maisons détachées à cause de la hausse des prix au cours de la dernière année, considèrent les copropriétés comme une occasion d’entrer sur le marché immobilier. Sans une augmentation importante et rapide de l’offre de propriétés, les grands centres urbains comme Toronto demeureront résolument dans le marché des vendeurs. »   

Mme Yolevski a observé que même si de nombreuses villes et petites communautés du Golden Horseshoe ont été marquées par la tendance des Torontois à déménager à l’extérieur de la ville depuis le début de la pandémie, la plupart des nouveaux arrivants qui devraient entrer au Canada en 2022 s’établiront dans l’un des trois plus grands centres urbains. Cela augmentera la concurrence sur les marchés de la revente et de la location. 

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés de la région du Grand Toronto devrait augmenter de 11,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Région du Grand Vancouver

Au quatrième trimestre de 2021, l’agrégat du prix des propriétés dans le Grand Vancouver a augmenté de 17,1 % d’une année sur l’autre pour se chiffrer à 1 253 300 $. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 23,3 % d’une année sur l’autre pour grimper à 1 707 900 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a observé une hausse de 12,6 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 717 200 $.

« L’offre de logements disponibles dans chaque segment de propriété a atteint des creux historiques, ce qui signifie que les prix ne peuvent qu’augmenter, a déclaré Randy Ryalls, directeur général de Royal LePage Sterling Realty. Et comme la pénurie d’inventaire ne peut être résolue rapidement, la concurrence intense et la hausse des prix devraient se poursuivre dans l’avenir prévisible. »

M. Ryalls a fait remarquer que les scénarios d’offres multiples sont devenus la norme et que la plupart des propriétés inscrites se vendent au prix demandé et le plus souvent, sans conditions.

Le prix de l’agrégat dans la ville de Vancouver a augmenté de 15,4 % par rapport à la même période l’année précédente pour s’établir à 1 375 000 $ au quatrième trimestre de 2021. Au cours de la même période, le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a grimpé de 14,4 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 2 498 000 $, tandis que celui d’une copropriété augmentait de 6,5 % pour se fixer à 788 400 $.

« Nous avons débuté l’année avec un nombre historiquement bas de propriétés à vendre. Les acheteurs qui n’ont pu mener à bien leurs transactions dans le dernier trimestre de 2021 reprendront leur recherche, en plus de la nouvelle demande qui se pointe historiquement au printemps. Sans un regain important de l’inventaire, et avec les conséquences potentielles d’Omicron, la pression haussière sur les prix des maisons persistera et les ventes ne devraient pas augmenter à court terme », a ajouté M. Ryalls.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés du Grand Vancouver devrait augmenter de 10,5 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Ottawa

Le prix de l’agrégat dans la région d’Ottawa a augmenté de 17,2 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 739 700 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 20,0 % d’une année sur l’autre pour grimper à 876 600 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 11,5 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 417 700 $.

« Le marché de l’habitation d’Ottawa a continué d’afficher une forte demande au quatrième trimestre de 2021. Et je m’attends à ce que la menace imminente de hausses des taux d’intérêt stimule davantage la demande au premier semestre de cette année, a déclaré John Rogan, dirigeant d’agence chez Royal LePage Performance Realty. Bien qu’en ce moment, nous observons moins de scénarios d’offres multiples que plus tôt dans la pandémie, la concurrence demeure vive en raison d’une pénurie de l’offre. »

M. Rogan a ajouté que la demande de logements est en grande partie stimulée par les milléniaux qui cherchent à entrer dans le marché. Il a fait remarquer que la plupart des acheteurs de ce segment démographique ont deux revenus, ce qui leur apporte un budget mensuel important. Cependant, il peut être difficile d’obtenir une mise de fonds importante.

« Les jeunes Canadiens apprécient l’accession à la propriété et ils veulent se lancer dans l’immobilier le plus tôt possible, a déclaré M. Rogan. Comme l’inventaire immobilier atteint des creux historiques, il est devenu de plus en plus difficile pour les acheteurs et les vendeurs de s’orienter sur le marché du logement. Si ce niveau de demande se maintient, sans une augmentation importante de l’offre, Ottawa demeurera résolument un marché favorable aux vendeurs tout au long de 2022. »

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Ottawa devrait augmenter de 9,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Calgary

Le prix de l’agrégat dans la région de Calgary a augmenté de 9,0 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 576 800 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 11,6 % d’une année sur l’autre pour grimper à 650 800 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 3,0 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 224 700 $.

« Le marché immobilier de Calgary a terminé l’année en force et je crois que la tendance se poursuivra sur le marché printanier de 2022. Alors que la demande continue d’excéder l’offre dans l’une des grandes villes parmi les plus abordables au pays, les prix devraient continuer d’augmenter, a déclaré Corinne Lyall, dirigeante-propriétaire de Royal LePage Benchmark. Le manque d’inventaire, plus particulièrement dans le segment inférieur du marché, continue de favoriser l’appréciation des prix et de créer un environnement de plus en plus concurrentiel pour les acheteurs d’une première maison. »

Mme Lyall a observé que le marché immobilier de la ville est aux prises avec une pénurie d’inventaire pour tous les types de logement, à l’exception des appartements en copropriété.

« Un marché de l’emploi en plein essor, la qualité de vie et l’accessibilité sont parmi les principaux facteurs qui contribuent à l’augmentation actuelle de la demande de logements à Calgary, a ajouté Mme Lyall. La demande refoulée à la nouvelle année devrait stimuler le marché printanier. »

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Calgary devrait augmenter de 6,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Edmonton

Le prix de l’agrégat dans la région d’Edmonton a augmenté de 5,0 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 428 400 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 11,6 % d’une année sur l’autre pour grimper à 469 900 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a diminué de 2,0 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 193 600 $.

« L’élan positif de l’économie d’Edmonton et les prix relativement abordables de la ville continuent de stimuler la demande des acheteurs de propriétés et des jeunes professionnels qui cherchent à s’installer sur le marché de l’habitation, a déclaré Tom Shearer, dirigeant-propriétaire de Royal LePage Noralta Real Estate. Étant donné que la vigueur de la demande continue de dépasser l’offre de logements, les prix des propriétés resteront sur leur trajectoire ascendante. »

Shearer a observé que les nouveaux projets résidentiels continuent d’être remis en cause par l’augmentation des coûts liée aux pénuries de main-d’œuvre et de matériaux de construction, ainsi que par un sentiment d’hésitation chez les promoteurs, alimenté par l’incertitude concernant la reprise après la pandémie. 

« La pénurie de l’offre demeure un obstacle majeur pour les acheteurs potentiels et continue d’exercer une pression à la hausse sur les prix. Je m’attends à une augmentation de la demande au cours du premier semestre de 2022, avant les hausses de taux d’intérêt prévues », a ajouté M. Shearer.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés d’Edmonton devrait augmenter de 5,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Halifax

Le prix de l’agrégat dans la région de Halifax a augmenté de 12,6 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 484 800 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 15,4 % d’une année sur l’autre pour grimper à 543 000 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 13,6 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 388 500 $.

« L’insuffisance de l’offre de logements a déçu de nombreux acheteurs potentiels. Par conséquent, la demande non satisfaite du quatrième trimestre de 2021 se répercutera sur la nouvelle année, dans l’espoir que le marché du printemps apportera un inventaire supplémentaire très attendu, a déclaré Matt Honsberger, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Atlantic. En l’absence d’une augmentation importante des nouvelles inscriptions, le nombre de ventes va probablement ralentir tandis que les prix continuent d’augmenter. »

M. Honsberger a ajouté que les acheteurs provenant de l’extérieur de la province continuent d’être un facteur important de la demande et de l’appréciation des prix à Halifax et dans les environs.

« Au moment où nous entrons dans une autre phase de restrictions liées à la pandémie, le besoin et la volonté d’obtenir plus d’espace et la possibilité de travailler à distance continuent de faire des Maritimes un endroit très attrayant où vivre pour les gens de partout au Canada », a déclaré M. Honsberger.

Le gouvernement provincial envisage toujours la possibilité d’imposer une taxe aux acheteurs de propriétés qui ne sont pas des résidents de la Nouvelle-Écosse.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Halifax devrait augmenter de 10,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Winnipeg

Le prix de l’agrégat dans la région de Winnipeg a augmenté de 9,6 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 357 200 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 14,7 % d’une année sur l’autre pour grimper à 390 800 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 16,1 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 233 600 $.

« Les pénuries d’inventaire sont à l’origine d’un important apaisement de la demande des acheteurs au quatrième trimestre, surtout chez les acheteurs d’une première propriété, ce qui signifie qu’une grande partie de la demande refoulée sera transférée vers l’année en cours, a déclaré Michael Froese, dirigeant d’agence, Royal LePage Prime Real Estate. Je m’attends à ce que le marché du printemps soit en pleine effervescence, car les jeunes acheteurs potentiels se font concurrence pour obtenir une propriété avant que les coûts d’emprunt n’augmentent de façon importante. »

M. Froese a observé que le segment des copropriétés de la ville connaît une forte hausse des prix, tandis que les bas niveaux d’inventaire dans le segment des maisons détachées continue de stimuler la demande pour des unités plus abordables.

« En règle générale, les maisons individuelles sont le type de logement le plus recherché à Winnipeg. Certains acheteurs considèrent des types de propriétés alternatifs plus abordables. Je prévois une poursuite de cette tendance au printemps », a ajouté M. Froese.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Winnipeg devrait augmenter de 6,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Regina

Le prix de l’agrégat dans la région de Regina a augmenté de 13,2 % par rapport à la même période l’année précédente pour se chiffrer à 360 100 $ au quatrième trimestre de 2021. En examinant le marché par type de propriété, on constate que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 15,9 % d’une année sur l’autre pour grimper à 387 800 $, tandis que le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 13,4 % par rapport à la même période l’an dernier, pour se chiffrer à 204 300 $.

« Le marché immobilier résidentiel de Regina est demeuré dynamique tout au long des mois de novembre et décembre, lesquels sont habituellement plus tranquilles », a déclaré Mike Duggleby, dirigeant-propriétaire de Royal LePage Regina Realty. J’espère observer une croissance de l’inventaire au printemps pour satisfaire à la demande refoulée. De meilleures conditions météorologiques devraient inciter les vendeurs à inscrire leurs propriétés à la vente. »

M. Duggleby a ajouté que les contraintes dans les chaînes d’approvisionnement qui engendrent la faiblesse de l’offre en matériaux de construction continuent de retarder les nouveaux projets de construction.

« L’offre de nouveaux logements n’augmente pas assez rapidement pour répondre à la demande croissante. À mesure que le Canada cherche à augmenter ses objectifs en matière d’immigration en 2022, la concurrence entre les acheteurs demeurera intense et les prix continueront d’augmenter », a déclaré M. Duggleby.

Il s’attend à ce que la création d’emplois dans l’industrie de la potasse et le secteur du traitement du canola soient les principaux catalyseurs de la demande dans la région au cours de la prochaine année.

En décembre, Royal LePage a publié une prévision selon laquelle le prix de l’agrégat des propriétés à Regina devrait augmenter de 6,0 % au quatrième trimestre de 2022 comparativement au même trimestre en 2021.

Tableau des prix – 4e trimestre 2021: rlp.ca/T4-2021-prix-des-maisons
Tableau des prévisions 2021: rlp.ca/T4-2021-previsions

Cliquez ici pour obtenir les analyses d’autres régions du Québec ou du Canada.

Actifs médias de Royal LePage

La salle des médias de Royal LePage contient de nombreuses images libres de droits, de même que des vidéos de bobine B, à titre gracieux.

À propos de l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage présente des renseignements sur les trois types d’habitation les plus courants, à l’échelle nationale et dans les 62 plus grands marchés immobiliers au pays. Les valeurs des maisons présentées dans l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage sont fondées sur la Synthèse du marché immobilier canadien de Royal LePage, un document produit chaque trimestre à l’aide des données de l’entreprise, en plus des données analytiques de sa société sœur, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, la source de confiance pour les renseignements et les analyses sur le secteur immobilier résidentiel au Canada. Les commentaires sur l’immobilier et les prévisions quant aux valeurs sont fournis par des spécialistes en immobilier résidentiel de Royal LePage à partir de leurs opinions et de leur connaissance du marché.

À propos de Royal LePage

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux agences immobilières, grâce à son réseau de près de 19 000 professionnels de l’immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d’hébergement pour femmes et enfants ainsi qu’aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Bridgemarq Real Estate Services inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole (TSX: BRE). Pour en savoir davantage, veuillez consulter www.royallepage.ca.

_______________________________ 

1 L’agrégat des prix est calculé à partir de la moyenne pondérée de la valeur médiane de tous les types de propriétés étudiés. Les données sont fournies par RPS Solutions pour propriétés résidentielles et comprennent des transactions du marché de la revente ainsi que des nouvelles constructions.

2 Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/211117/dq211117a-fra.htm

3 Étude sur les nouveaux arrivants de Royal LePage, 2019 https://www.royallepage.ca/fr/immobilier/news/une-maison-sur-cinq-est-achetee-par-un-nouvel-arrivant-au-canada/

SOURCE Royal LePage Real Estate Services

Renseignements: Valérie Dupuis, North Strategic pour le compte de Royal LePage, valerie.dupuis@northstrategic.com, 514-622-4843

PARTAGEZ Post

Commentez

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>