PARTAGEZ Post

Blogues

Les actions de La Banque TD ou de la Banque de Nouvelle-Écosse

td banque

La Banque TD et la Banque de Nouvelle-Écosse sont en disgrâce auprès des investisseurs. Est-ce que l’une de ces actions des banques canadiennes est maintenant survendue. La Banque TD ( TSX: TD ) et la Banque de Nouvelle-Écosse ( TSX: BNS ) sont en baisse considérable par rapport à leurs sommets de 2022. Les investisseurs à contre-courant se demandent si les actions de la TD ou de la BNS sont maintenant sous-évaluées et bonnes à acheter.

Perspectives du secteur bancaire

La Banque du Canada et la Réserve fédérale américaine ont relevé les taux d’intérêt de manière agressive au cours de la dernière année, et d’autres hausses sont probables alors qu’elles tentent de donner un certain élan à l’économie et d’assouplir le marché de l’emploi tendu. Trop de demande fait grimper les prix des produits. Le manque de travailleurs et la hausse du coût de la vie entraînent une flambée des salaires, ce qui peut pousser les prix encore plus haut pour les biens et services, entraînant une demande accrue de hausses de salaires. Si rien n’est fait, la spirale de l’inflation peut devenir incontrôlable.

La hausse des taux d’intérêt est l’outil privilégié des banques centrales pour refroidir l’économie. À mesure que les coûts d’emprunt augmentent, les particuliers et les entreprises dépensent moins. Cela conduit à moins de postes vacants, voire à une augmentation du chômage, ce qui à son tour réduit la consommation.

Les marchés craignent que les banques centrales ne soient obligées de plonger l’économie dans une grave récession pour ramener l’inflation au taux cible de 2 %. Si les taux montent trop et restent élevés trop longtemps, ils pourraient déclencher une vague de défauts de paiement sur les prêts commerciaux et résidentiels alors que les entreprises et les propriétaires ont du mal à payer les taux hypothécaires plus élevés.

Au Canada, l’endettement des ménages était déjà historiquement élevé avant la pandémie. Une montée du chômage et une chute des prix de l’immobilier toucheraient probablement les banques canadiennes en raison de leurs importants portefeuilles de prêts hypothécaires résidentiels.

Pour le moment, l’économie et le marché de l’habitation résistent bien malgré la flambée des taux d’intérêt. Les économistes s’attendent généralement à un atterrissage en douceur de l’économie alors que l’inflation reviendra au taux cible.

Selon ces perspectives, la baisse des cours des actions de la TD et de la Banque de Nouvelle-Écosse semble exagérée selon certains experts.

TD

La TD se négocie à près de 84 $ par action au moment de la rédaction, contre 108 $ au début de 2022. L’action est hors du creux de 12 mois d’environ 76 $, mais semble toujours bon marché aujourd’hui.

La TD possède le coussin de capital le plus important parmi les grandes banques canadiennes en raison de sa décision d’abandonner la prise de contrôle de 13,4 milliards de dollars américains de First Horizon , une banque régionale américaine. Les fonds excédentaires garantissent à la TD le capital nécessaire pour surmonter un ralentissement, mais la trésorerie est si importante qu’elle exerce une pression sur la croissance des revenus et des bénéfices.

La TD prévoit maintenant d’utiliser les fonds pour étendre ses activités américaines existantes de manière organique grâce à l’ouverture de nouvelles succursales au cours des prochaines années. La banque alloue une partie des liquidités supplémentaires pour racheter des actions, et les investisseurs pourraient voir une augmentation du dividende ou un dividende bonus émerger avant la fin de l’année. La TD pourrait également rechercher d’autres acquisitions sur différents marchés alors que les évaluations des banques sont sous pression.

Les investisseurs qui achètent des actions TD au niveau actuel peuvent obtenir un rendement en dividendes de 4,5 %.

Banque de Nouvelle-Écosse

La Banque de Nouvelle-Écosse se négocie à près de 63 $ par action au moment de la rédaction, ce qui est un nouveau creux de 12 mois pour l’action. Dans la première partie de 2022, le stock de BNS était aussi élevé à 93 $, de sorte que le recul au cours des 18 derniers mois a été important.

Un nouveau PDG a pris le contrôle début 2023 et la banque procède actuellement à une revue stratégique de ses opérations. Compte tenu de la performance à la traîne de l’action par rapport à ses pairs au cours des dernières années, il est probable que la nouvelle équipe de direction apportera des changements substantiels. Les investisseurs le découvriront probablement plus tard cette année, mais les experts pensent que la banque pourrait décider de vendre certaines de ses activités internationales fortement axées sur le Mexique, le Pérou, le Chili et la Colombie.

Le Mexique devrait continuer de faire partie de la stratégie de croissance à long terme, mais la Banque de Nouvelle-Écosse pourrait décider de se retirer des trois autres pays en raison de la volatilité politique et économique persistante. Les fonds provenant de la vente des actifs internationaux pourraient être utilisés pour cibler des acquisitions sur d’autres marchés. Les quatre autres grandes banques canadiennes ont beaucoup investi aux États-Unis ces dernières années.

La Banque de Nouvelle-Écosse est toujours très rentable et le conseil d’administration a augmenté le dividende lorsque la banque a publié les résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2023. Cela suggère que l’équipe de direction est à l’aise avec les perspectives de bénéfices, même avec le portefeuille d’actifs actuel.

Les investisseurs qui achètent la baisse peuvent désormais obtenir un rendement de dividende de 6,7 % sur les actions BNS.

Quel est le meilleur choix ?

La TD et la Banque de Nouvelle-Écosse versent toutes deux des dividendes attrayants qui devraient continuer de croître. Les investisseurs axés sur le revenu passif devraient probablement choisir la Banque de Nouvelle-Écosse comme premier choix pour le rendement élevé.

La TD est probablement le pari le plus sûr en ce moment pour les investisseurs qui se concentrent davantage sur les rendements totaux. La Banque de Nouvelle-Écosse est dans une phase de transition et il faudra un certain temps avant que les investisseurs ne voient les résultats de tout changement de stratégie qui pourrait être en cours.

PARTAGEZ Post

Commentez

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>